Menu
Joindre un conseiller

C'est arrivé à un entrepreneur près de chez vous

Mystérieuse découverte d’une vie souterraine aquatique dans le sous-sol d’une résidence

Une résidente de la Rive-Sud de Montréal a découvert la présence de vie dans le bassin de captation du sous-sol de sa résidence construite en 2015. Selon ses observations, il aurait fallu moins d’un an afin que prennent vie des insectes d’environ 1 mm de grosseur, lesquelles se plaisent à sautiller comme des ballerines à la surface de l’eau contenue dans le bassin.

Après investigation auprès des voisins du secteur, la propriétaire en est venue à la conclusion que l’apparition soudaine de cette source inattendue de vie réside dans l’absence de membrane géotextile enrobant le drain français. Elle exige donc réparation de la part du constructeur.

Cette histoire est digne des faits divers du journal. Et elle est réellement arrivée à un entrepreneur près de chez vous. Ce dernier a bel et bien reçu une mise en demeure lui imposant d’intervenir dans les meilleurs délais. Ne sachant trop quoi répondre, il s’est tourné vers le Service technique de l’APCHQ afin de savoir si nous avions déjà entendu pareille histoire et de lui fournir de l’aide dans la réponse à donner à sa cliente.

On en entend de toute sorte au Service technique, mais celle-là, c’était une première. L’histoire peut sembler farfelue et peu crédible, mais l’entrepreneur doit tout de même répondre à sa cliente. Il faut trouver une explication plausible à cette apparition de source de vie inconnue.

Premièrement, le lien avec la membrane enrobant le drain ne tient pas la route. Une membrane géotextile ne sert pas à empêcher les « bibittes » d’entrer dans le conduit et de faire le voyage jusqu’au bassin.

D’ailleurs, la membrane autour du drain provient d’une vieille pratique et est maintenant déconseillée puisque les débris contenus dans le sol s’y agrippent, provoquant la saturation de la membrane et conséquemment, l’eau ne parvient plus à pénétrer le drain. Ce qui engendre une saturation d’eau dans le sol à proximité des fondations et provoque les conséquences qui s’y rattachent.

La membrane étant facilement éliminée de l’équation, il reste toutefois à trouver la cause. Pour nous y aider, nous avons consulté la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ). Voici l’explication la plus logique qui découle de cet entretien d’experts portant sur « les bibittes ».

L’eau qui se trouve à l’intérieur du bassin est essentiellement de l’eau de pluie captée par le sol et qui a voyagé à travers le drain pour finir dans le bassin. Comme cette eau n’est pas traitée, elle peut contenir des micro-organismes (êtres vivants microscopiques comme les bactéries, virus ou champignons qui jouent un rôle essentiel dans les cycles écologiques). Lorsqu’il y a peu d’eau d’acheminée au bassin, ce dernier se vidange moins souvent, pouvant ainsi entrainer le développement des micro-organismes amenés par l’eau.

Pour contrer les effets du radon (gaz présent dans le sol), il est maintenant exigé d’installer des couvercles de bassin étanches à l’air. Depuis la mise en application de cette obligation, le phénomène de développement des micro-organismes dans les bassins de captation serait moins fréquent. Principalement parce qu’en scellant le bassin, on réduit considérablement l’apport d’oxygène nécessaire au développement de ces micro-organismes.

Que faire lorsque la vie se manifeste dans le bassin? Il suffit de le désinfecter à l’aide de produit chloré, comme de l’eau de javel. Une pastille de chlore, comme celles pour la piscine, peut aussi être laissée dans le fond du bassin. Comme il s’agit d’eau froide dans le bassin, la pastille fondera lentement et n’endommagera pas la pompe ni le plastique qui compose le bassin. D’un point de vue environnemental, le chlore s’évapore rapidement et comme la quantité est très faible, cela n’aura aucun impact négatif environnemental.

Micro organismes

Besoin de précisions ?

Communiquez avec un de nos conseillers pour obtenir plus de détails.

Joindre un conseiller

Dernière actualité

Mises en chantier : hausse de 67 % en octobre

15/11/2017

En octobre 2017, pour l’ensemble des villes de 10  000 habitants et plus au Québec, le nombre de mises en chantier s’est élevé à 4 604 logements, soit 67 % de plus qu’en octobre 2016.

En savoir plus