Menu
Joindre un conseiller

C'est arrivé à un entrepreneur près de chez vous

Une pause après la pose!

Par une sombre nuit d’hiver, mon ami Pascal qui est technicien en gaz naturel se fait réveiller par le téléphone du bureau. Le pauvre, il est de garde, à peine minuit et il doit déjà se lever pour aller résoudre un nouveau problème : il n’y a plus d’eau chaude dans une tour à condos presque neuve du centre-ville.

Pour accéder à la machinerie, il doit retirer l’alimentation en eau des chauffe-eau composée d’un tuyau de 4 pouces de diamètre, se séparant ensuite en deux autres tuyaux plus petits. L’intervention requiert le démantèlement d’une partie de la tuyauterie d’un diamètre de 4 pouces.

Les appareils sont maintenan t réinstallés, Pascal recolle les tuyaux d’alimentation d’eau en PVC comme il l’a déjà fait d’innombrables fois. Quoique pour l’alimentation principale d’un diamètre de 4 pouces, c’est une première. Il attend une dizaine de minutes, vérifie son travail, puis réactive la circulation d’eau.

À peine quelques secondes plus tard, catastrophe! La conduite principale cède, le débit impressionnant du tuyau de 4 pouces de diamètre remplit la salle mécanique à vitesse grand V. Il y a des transformateurs électriques au sol monté sur des petites bases de béton, la situation est critique. Pascal est à deux doigts de s’enfuir pour sauver sa peau, mais il prend son courage à deux mains et traverse la salle mécanique pour fermer les pompes...

TuyauxIl se dit qu’il y a dû avoir un problème, il change les morceaux de tuyau et recommence son assemblage. Pour être bien certain, il attend 30 minutes cette fois-ci avant de réactiver la circulation d’eau. Pow! Les tuyaux cèdent une deuxième fois!

Ne sachant plus quoi faire, il appelle d’urgence chez le manufacturier des tuyaux. On le rappelle dans l’heure suivante pour finalement lui expliquer que les tuyaux de PVC nécessitent un temps de séchage variable en fonction de la température ambiante, du taux d’humidité, du diamètre du tuyau et finalement de la pression exercée par le système. Pour le cas soumis, le manufacturier est catégorique : un temps de séchage de 24 heures est requis!

Ainsi, il y a fort à parier que la plupart des installateurs qui travaillent avec ces tuyaux n’en connaissent pas toutes les particularités. En effet, dans les conditions normales de chantier, il y a généralement un bon délai avant la mise en marche des systèmes, ce qui n’est pas le cas au moment de faire l’entretien.

Finalement, ça aurait pu être bien pire. Imaginez si la salle mécanique avait été située au toit, les étages inférieurs auraient sans doute été inondés! La leçon à tirer est bien simple, la lecture des instructions du manufacturier aurait pu éviter bien du tracas. Cette affirmation est d’autant plus vraie avec la quantité de nouveaux produits qui nous sont proposés sans cesse pour améliorer la rapidité et le coût d’exécution de nos travaux de construction, soyez vigilants!

Besoin de précisions ?

Communiquez avec un de nos conseillers pour obtenir plus de détails.

Joindre un conseiller

Dernière actualité

Concours « Montrez votre meilleur profil! »

04/11/2018

Participez au concours « Montrez votre meilleur profil! » et courez la chance de gagner un des quatre prix d’une valeur totale de 2 900 $!

En savoir plus